ESSAI: Suzuki Kingquad 750 2019

ESSAI: Suzuki Kingquad 750 2019

29 juin 2018 Non Par Quadiste.net

Le roi est mort, vive le roi!

Par marc-André Quessy
et Jason Lajoie
redaction@quadiste.net
Cet article a paru dans l’édition Tourisme (Juin 2018) du Magazine Sports Motorisés.

qui ne connaît pas le Kingquad de suzuki? À moins que vous viviez reclus du monde du quad, le «King» est une de ces machines que tout quadiste sait reconnaître. même si elle avait des poils blancs au menton, cette machine n’en demeure pas moins une des icônes du quad au québec.

Voici une petite vidéo que nous avons tourné au lancement de Suzuki Canada

Cette année, nous avons été gâtés par Suzuki avec un lancement mondial qui a eu lieu au Canada! La région de Barrie en Ontario a été choisie par Suzuki pour le Canada et les gens de Suzuki nous ont invités à nous joindre aux nombreux concessionnaires présents pour le dévoilement d’un tout nouveau véhicule hors route. C’est tout ce que nous savions avant de nous y rendre.

Suzuki a été très discret, même pas une seule fuite sur le sujet!

Arrivés sur place, nous avons eu droit a un tout nouveau KingQuad 750. Une évolution du modèle actuel qui, bien qu’il ait subi quelques mises à jour au cours des années, n’avait guère changé côté esthétique aux yeux des consommateurs depuis 2005. L’année 2008 nous avait apporté le moteur de 750 cc et l’injection d’essence, mais depuis ce temps, ce ne sont que des mises à jour mineures qui avaient été faites.

Il n’en demeure pas moins que le KingQuad 750 s’est bâti une des plus solides réputations de fiabilité dans l’industrie au cours des ans. Il suffit de discuter avec un propriétaire de KingQuad pour savoir à quel point ce gros monocylindre s’apparente plus à du béton armé côté fiabilité tout en étant quand même très intéressant côté performance globale.

Il aura fallu plus de 13 ans avant que Suzuki nous présente un modèle complètement revampé du KingQuad. Selon moi, l’attente en valait le coup. Mieux vaut tard que jamais. On ne peut pas manquer l’esthétique, n’est-ce pas? Le look plus angulaire, au goût du jour, plaît énormément à mes yeux. Une belle ligne homogène, moderne mais non criarde ou démesurée, qui à mon avis résistera au test du temps. Nous l’avons trouvé bien beau, le KingQuad cuvée 2019.

modèle 2018

On note tout de suite l’ajout d’un phare sur le guidon, une grosse selle moelleuse mais pas trop et finalement des roues en alliage de bon goût. Une refonte complète oui, mais qui garde l’essence du KingQuad. Avec les modèles 2018 et 2019 placés côte à côte, on peut immédiatement constater qu’il s’agit d’un KingQuad, mais avec ce côté plus sportif qui manquait à son frère aîné.

Le tableau de bord conserve l’esprit minimaliste de Suzuki en matière de quad, mais il a été amélioré pour la lisibilité en plein jour et on y a ajouté un témoin de rappel pour l’entretien du moteur. Ailleurs, ce sont des petits détails qui se font nombreux, comme les marchepieds sur lesquels nous avons remarqué une meilleure adhérence pour nos bottes, l’espace de rangement qui passe de 4 litres à 8 avec un espace ajouté sous le siège, accessible à l’arrière. Il y a aussi le feu arrière à DEL, les commandes au guidon améliorées et la position du guidon plus haute et confortable.

VIDÉO: Test d’accélération comparatif entre le modèle 2018 et le 2019:

Contrairement aux rumeurs d’une motorisation multicylindre, le KingQuad 750 2019 est une évolution naturelle de son prédécesseur. Le moteur demeure toujours un monocylindre de 722 cc, bien que Suzuki annonce une augmentation de la puissance. Au moment de mettre sous presse, les chiffres n’avaient toujours pas été divulgués.

Nous en avons fait l’essai durant toute une journée avec, sur place, le modèle2018 pour en faire une comparaison immédiate et nousavons sur-le-champ constaté plus de puissance et de couple. Je dirais objectivement 5 chevaux et quelques livres/pied de couple. Assez pour que l’on puisse s’en rendre compte dès les premiers tours de roue. Il est aussi plus doux au ralenti et en accélération.

La nouvelle calibration de la boîte CVT est, entre autres, instantanément perçue par le pilote. Avec la réduction de poids des rouleaux de la poulie primaire, la tension du ressort ainsi que la came de la secondaire qui ont subi des optimisations,

le KingQuad est beaucoup plus nerveux en accélération franche, mais plus doux lorsqu’on le lui demande à basse vitesse. Le freinage moteur a aussi subi une bonne amélioration. Il n’est pas brutal comme certains, mais efficace comme ralentisseur et aide à conserver la stabilité du VTT lors de descentes abruptes.

Pour moi, le plus important du côté de l’évolution du quad de Suzuki, c’est la tenue de route ou de sentier, si vous me le permettez. Là où l’ancien modèle était tout au plus compétent, le 2019 est radicalement meilleur et je ne mâche pas mes mots. Le cadre a été entièrement redessiné et offre une rigidité accrue. Les nouveaux amortisseurs au gaz, couplés avec des ressorts bien calibrés, viennent combler le manque de suspension que j’ai critiqué par le passé.

Si Suzuki s’était limité à cela, j’aurais été bien heureux. Mais le fabricant a aussi remplacé la barre stabilisatrice à l’arrière et utilisé un composé plus mou sur les bagues d’amortissement (bushings). Pour finir, Suzuki a dû écouter les commentaires de ses clients, car la direction assistée passe maintenant à un moteur de 220 watts, comparativement à 160 pour l’ancien modèle.

– Je suis bluffé par la performance de la suspension du KingQuad!

Les freins, quant à eux, sont aussi mis à jour. À l’arrière, ils sont toujours à l’intérieur du différentiel, mais beaucoup plus faciles à moduler à l’arrière et à l’avant. Les étriers sont plus gros et la puissance se fait sentir dès le premier arrêt brusque. C’est maintenant au niveau du marché.

Ma seule critique : les pneumatiques. Les Carlisle de 25 po font le boulot demandé, mais ils arrivent rapidement à leur limite lorsque la machine est poussée en virage à plus de 50 km/h. C’est mineur, vous me direz? Effectivement, mais j’imagine cet ensemble cycle avec des pneus de bonne qualité, voire même des pneus radiaux, et oh là là!

En conclusion

Suzuki s’est longuement fait attendre pour mettre à jour la gamme KingQuad, au point où plusieurs se demandaient si la compagnie nipponne avait oublié qu’elle produisait des VTT aux États-Unis. Treize ans, c’est beaucoup de temps dans le domaine des véhicules récréatifs à moteur. Peut-on le lui reprocher?

Le KingQuad est devenu une icône. Suzuki ne revient peut-être pas avec la motorisation multicylindre qui est tant souhaitée par les quadistes québécois, mais le nouveau KingQuad est maintenant de retour à l’avant des projecteurs, et ce, avec raison.

Le KingQuad 750 2019 est tout simplement génial.

Plus rapide, meilleure suspension, etc., et avec un look moderne, mais sobre comme seuls les manufacturiers Nippons savent le faire.

 

Maintenant que la mise à niveau du King est réussie et chose du passé, à quand un multicylindre? Une machine sport?

Et surtout à quand la venue d’un autoquad chez Suzuki?