ESSAI: Textron Offroad Wildcat XX 2018, Le chat a de nouvelles griffes!

24 juin 2018 Non Par Quadiste.net

Texte Marc-André Quessy | Éditeur de Quadiste.net
redaction@quadiste.net | www.quadiste.net
Photos Jason Lajoie
Pilote invité: Jean-François Loiselle
Cet article a paru dans le magazine Sports motorisés Édition tourisme juin 2018

Après plus d’un an de l’achat intégral d’Arctic Cat, Textron Offroad nous présente sa version d’un autoquad de haute performance : le Wildcat XX.

Pour ce faire, le fabricant est allé puiser dans les archives du siège social et a découvert comment Arctic Cat avait changé la donne en 2011 avec le premier Wildcat 1000. Pour les incultes de cette époque, le Wildcat 1000 a été le premier côte à côte sur le marché avec un débattement de suspension de plus de 16 pouces. C’était le « top du top » en termes de suspension dans cette période où les autoquads sportifs commençaient à être dans les plans de tous les manufacturiers américains.

L’ancêtre du Wildcat XX. Le Wildcat 2011

Hélas, la motorisation anémique et la fiabilité n’avaient pas été au rendez-vous, reléguant ainsi le Wildcat aux oubliettes jusqu’en 2014 où il a subi une refonte et une injection de vitamines HP. Toutefois, il n’a jamais réussi à rattraper ses compétiteurs à ce niveau. Il était pourtant bien plaisant à piloter en version Limited (2014+), mais je n’ai jamais compris pourquoi Arctic Cat n’a pas réagi plus rapidement.

Au printemps 2017, Arctic Cat avait présenté des versions de préproduction avec très peu de finition à ses concessionnaires. Tous, sans exception, ont adoré le concept. Par contre, aucune annonce finale n’avait été avancée au grand public…

On sait maintenant pourquoi : Textron Offroad!

Un an de développement plus tard

Je vous présente donc l’ultime côte à côte de hautes performances à la sauce Textron : le Wildcat XX 2018. Il était temps que l’usine de Thief River Falls au Minnesota nous offre une machine redessinée de A à Z! Certains diront que les modèles Stampede et Havoc sont nouveaux! Mais non, ils sont basés sur l’architecture du Stampede qui était vendue sous une autre marque avant l’acquisition d’Arctic Cat. Donc, le XX est tout nouveau.

À première vue, il est GROS! Avec une longueur hors tout de près de 3,5 mètres et un empattement de 2,4 mètres, il est très imposant en longueur, mais limité heureusement pour nous à 64 pouces en largeur. L’effet est amplifié par les énormes ailes élargies à l’avant comme à l’arrière pour une protection plus efficace que la moyenne des modèles super sport. La calandre est typique au VTT Alterra de 2017 avec sa forme plus angulaire et des phares monoblocs assortis. Les portières pleines procurent encore plus de protection et rendent le design plus homogène et apparenté à une camionnette. La cage de type « racing » homologuée ROPS est non seulement esthétique, mais extrêmement fonctionnelle (plus de détails à ce sujet plus loin dans cet article). Cela lui donne cet aspect de « trophy truck » si tendanciel sur le marché actuel.« OK, je suis impressionné! Allons voir le tout plus en détail! »

MOTEUR

Son moteur de 998 cc à trois cylindres, avec une puissance annoncée de 125 ch, me semble très familier. Je le connais bien ce moteur! C’est en fait le même engin qui propulse l’excellent Yamaha YXZ1000R. Enfin un moteur avec du mordant dans un chat!

Au démarrage, par contre, on se rend compte qu’il n’est pas exactement pareil. La sonorité est complètement démente au ralenti comme à pleins gaz. La cartographie semble aussi extrêmement agressive. Les ingénieurs chez Textron ont cherché à exploiter le maximum du potentiel de cette motorisation avec une courbe d’allumage optimisée ainsi qu’un système d’admission et d’échappement qui semble a priori, beaucoup moins restrictif que sur le Yamaha, le tout avec un résultat assez impressionnant sans l’ajout d’un turbocompresseur.

Mais quelle joie d’écraser l’accélérateur au plancher et d’avoir une réponse instantanée sur toute la plage des tours-minute! Les accélérations sont franches et soutenues. Quel bonheur! Mis à part le ralenti un peu erratique qui nous rappelle que c’est avant tout une machine de haute performance, le reste de la plage de puissance est douce comme de la soie avec une sonorité digne d’une symphonie d’explosions d’hydrocarbures bien orchestrées.

ENTRAÎNEMENT/CVT

L’idée la plus géniale de Textron à été de jumeler l’excellent moteur ci-haut mentionné à une boîte CVT de Team Industries. C’est un mariage parfait! Vous savez, celui du couple parfait qui file le parfait bonheur? Eh bien, c’est ce qui s’est produit ici. Quel travail impeccable pour exploiter la puissance du trois-cylindres de façon aussi linéaire! Le seul bémol est un engagement un peu abrupt à basse vitesse lorsque l’on manœuvre. Mais somme toute, de l’excellent travail de ce côté.

 

ENTRAÎNEMENT/TRANSMISSION

Mais où sont les bruits, grincements et cliquetis traditionnels de l’ancien chat? Alors que l’ancien Wildcat 1000 nous projetait toutes sortes de bruits mécaniques, le XX nous propulse dans un tout autre univers de précision et de quasi-absence sonore ou de vibrations. Il y a beaucoup de travail qui a été effectué sur ce point et ça paraît! Un irritant, soit le levier de sélection de rapport de la boîte de vitesses, est tellement flou qu’il est impossible de choisir un rapport sans y apporter toute notre attention. C’est le même son de cloche de la part des deux autres testeurs qui se sont joints à moi lors de l’essai. Allez Textron, un petit effort Textron!

Roulements de tambours… Le Wildcat XX nous offre un vrai mode 4×4 complètement verrouillé! OHHHH JOIE! De la traction et encore de la traction pour passer à des endroits où certains modèles super sport n’oseraient même pas imaginer s’aventurer! Les amateurs de « rock crawling » seront servis. Combiné avec la plage LOW de la boîte de vitesses, le XX a facilement le potentiel d’être le roi de la montagne. J’adore! Je vais ajouter à cela que les différentiels sont extrêmement silencieux pour une machine du genre. Maintenant, Textron offre un des meilleurs systèmes d’entraînement global dans l’industrie.

« Il s’agit ici de la meilleure suspension d’origine que j’aie testée à ce jour et par une énorme longueur d’avance! »

SUSPENSION

Textron aurait pu s’asseoir sur ses lauriers et nous installer une suspension dérivée de l’ancien Wildcat 1000, qui était plus que compétente, et ça aurait été très bien, mais… Le fabricant a recruté nul autre que Robbie Gordon, la légende de la course de « trophy trucks », pour la conception d’une suspension digne d’une camionnette de course dans le désert.

Quel coup de maître, chers lecteurs! Tout est GROS et massif! La construction est impeccable, les soudures de très haute qualité et la finition semble l’être aussi. Je suis vraiment impressionné par la qualité de l’ensemble. Absolument toutes les composantes sont uniques dans l’industrie du « side by side » et le débattement de suspension est mesuré à 18 pouces avant et arrière.

À l’avant, les bras de suspension ont été conçus de longueurs différentes, soit une première dans le domaine afin de garder le carrossage neutre, même lorsque la suspension avant est complètement compressée. Cette façon de faire garde les roues droites sur l’axe vertical, éliminant la perte d’adhérence des pneumatiques et une direction qui nécessite moins de corrections, favorisant la vitesse dans les bosses. Notez aussi l’absence d’une barre antiroulis qui laisse la suspension travailler plus librement pour offrir encore plus de traction dans les bosses et virages.

À l’arrière, deux énormes bras oscillants avec prise en Y à l’avant seront les seules composantes, mis à part les amortisseurs que vous y retrouverez. Cela est similaire aux bras oscillants d’un motocross ou encore une fois d’un « trophy truck ». L’absence de bras de retenue transversaux a le même effet qu’à l’avant, soit de garder le carrossage droit et permettre aux pneus d’offrir un maximum de contact vertical avec le sol. Textron annonce 80 % moins de mouvement latéral des roues arrière. C’est beaucoup! Textron a aussi fait confiance à Fox pour les amortisseurs, contrairement aux amortisseurs King qui avaient été présentés en prototype. Son choix s’est arrêté sur les FOX 2.5 PODIUM QS3, et ce, à mon grand étonnement! Avec seulement un ajustement à trois positions (soft, medium et max), jumelé à des ressorts à double tension, je m’attendais à un compromis et j’ai eu droit à une grosse surprise. Ils sont excellents sur cette suspension. Vraiment, sans blague, ça fonctionne numéro un et c’est super facile à ajuster pour le commun des mortels!

DIRECTION/FREINS/*PNEUS/ROUES

La direction assistée variable est livrée d’usine et fonctionne à mon goût. L’assistance est calibrée à la perfection pour bien sentir ce qui se passe avec le train avant. Très simple, mais efficace. Mais le clou du spectacle à l’avant, c’est l’absence de rotules classiques. Ouaip! Pas de « ball joints », comme dirait l’oncle Roger. Le système de rétention des moyeux (en aluminium forgé) est à billes à doubles bracelets. Ce système, qui encore une fois provient du monde de la course hors route, est beaucoup plus résistant aux impacts. En cas de bris d’un bracelet, il pourra quand même éviter la séparation du moyeu. En plus, les roulements à billes sont beaucoup plus gros et résistants. Bref, du solide.

Côté freins maintenant, c’est correct. Notre unité d’essai était flambant neuve avec 1 km au compteur. Donc, les plaquettes n’étaient pas encore acclimatées aux disques pleins. Vous avez bien lu « des disques pleins sans ventilation ». Hummm! L’effort à la pédale est un peu plus élevé que ce dont j’ai l’habitude sur les autoquads super sport. Ils manquent un peu de mordant, mais ils sont efficaces.

Les roues ultra résistantes de 15 po, de KMC Wheels, sont chaussées de pneus radiaux Behemoth de 30 po à 8 plis de CST. Je suis bluffé par ces pneus autant en hors-route que sur le tarmac chez Icar. Excellente stabilité en virage et super précis. J’aime beaucoup la semelle aussi qui a assez de mordant pour à peu près tout ce qu’on peut lui présenter comme situation.

Bon choix, Textron!

CARROSSERIE

Avouez qu’il est beau! À mon avis, il s’agit ici du plus beau Wildcat qui soit sorti de la chatterie de Thief River Falls. J’ai toujours été un peu déçu de la finition offerte sur les Wildcat. Ils m’ont toujours semblé assemblés à la va-vite. Pas sur ce chat, chers lecteurs! Les panneaux sont bien alignés, les portes sont pleines avec des loquets de qualité et la finition peinte est la meilleure que j’aie vue à ce jour chez Arctic Cat/Textron. Le changement de propriétaire se fait sentir ici par une amélioration globale de la qualité de finition!

La cage à protection, homologuée ROPS et conforme aux séries de courses américaines, est non seulement un bonus de protection, mais un élément clé du comportement exemplaire du XX. Conjointement avec le châssis tubulaire, il s’agit ici d’un ensemble extrêmement solide qui résiste à la torsion et qui permet à la suspension de faire son travail. Du travail d’artisan! Je lui donnerais 6 étoiles sur 5 si je le pouvais!

Il est bon à ce point!

INTÉRIEUR/ERGONOMIE

Le cockpit est ÉNORME! Il s’agit ici du cockpit le plus spacieux de l’industrie et je suis tout à fait d’accord. Les sièges sont ultra confortables, les ceintures de sécurité sont faciles à boucler et il est déjà prêt pour des ceintures de type harnais qui sont disponibles comme accessoires. La position de conduite est parfaite. On voit bien tout autour de la machine et c’est super! Jusqu’à temps qu’on jette un coup d’oeil au tableau de bord…

Mis à part le bloc d’informations numériques, combiné avec le volant ajustable, il ne reste rien. Il n’y a rien sur le tableau de bord, à part le contrôle des phares et le sélecteur du 4×4. Il y a bien une grosse plaque amovible créée spécialement pour accessoiriser selon les besoins et beaucoup de connexions électriques précâblées, mais c’est vide. Parfait pour les amateurs de course, mais a-t-on pensé aux gens qui s’achèteraient cette bête pour la promenade?

 

Une version plus habillée serait souhaitable pour ceux qui veulent quelque chose de « trail ready » au lieu de « race ready ». D’après ce que je crois, c’est une possibilité bien réelle.

CONCLUSION

La puissance brute n’est pas tout dans le monde des côte à côte super sport. C’est possible ça? Eh bien oui, Textron Offroad l’a fait avec brio. Cet engin qui développe « seulement » 125 chevaux sera un redoutable adversaire sur une piste de course hors route. Jamais je n’aurais cru le « pitch » marketing sans l’avoir essayé.

C’est une machine démente! Assez puissante pour s’amuser ferme, mais l’ensemble de suspension propulse le Wildcat XX directement au sommet de la montagne. À essayer absolument si vous êtes dans le marché du super sport

 

LA COMPÉTITION

• Polaris RZR Turbo Dynamix

• Can-Am Maverick X3

• Yamaha YXZ 1000R

 

 

Merci au Circuit Icar de Mirabel pour nous avoir laissé utiliser leur installations pour notre essai!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.